Lee Miller au Jeu de Paume

Publié le par Bab's

 Lee Miller au Jeu de Paume. Je ne la connaissais que muse de Man Ray, je la découvre photographe audacieuse et talentueuse. C'est un parcours de femme avant-gardiste comme je les aime, comme vous l'aimerez.

Belle à en devenir mannequin au début de sa carrière, actrice un temps pour un film de Cocteau, elle a un charme et un tempérament affirmée  et sait s'entourer des meilleurs. Elle côtoie les artistes majeurs de son époque comme Edward Steichen, Man Ray bien sûr mais aussi Paul Eluard, Picasso, Magritte ... Progressivement, elle les égale avec sa passion pour la photo qui deviendra son métier.
Je retiendrai en premier lieu et sans aucune comparaison, son travail de photographe de guerre qu'elle a mené avec fièvre et engagement pour Vogue pendant la Seconde Guerre Mondiale. Informant, dénonçant les horreurs, notamment des camps de Dachau et de Buchenwald, elle excèle avec un regard féminin, brut, sans détour . Ces photos apparaissent au milieu de l'expo de façon assez soudaine alors qu'elles représentent l'intérêt majeur de son travail. Petit regret de ne pas les avoir assez mis en avant à mon avis.La photo de Lee Miller dans la baignoire d'Hitler est symbolique et forte: singulier défi de se "laver" des horreurs de la guerre dans sa baignoire...


David E. Scherman, Lee Miller dans la baignoire d'Hitler, Munich, 1945,
Tirage  gélatino-argentique (Lee Miller Archives, England 2008). cf Connaissance des arts photo



                                                        Lee Miller, sans titre (la main qui explose, v.1930- Lee Miller Archives,
                                                        cf. Connaissance des arts.Photo

Dans un tout autre registre, son séjour égyptien quelques temps auparavant, m'a charmé. Les scènes de paysages sont belles et on la sent inspirée notamment avec son célèbre portait de l'espace qui aurait donné l'idée de la scène du baiser de Magritte.


Lee Miller, Portrait de l'espace, prise de vue 4, version finale, Egypte 1937, tirage gélatino-argentique
(Lee Miller Archives, England 2008). Cf Connaissance des arts - Photo

Mais derrière cette femme-artiste, se cache aussi un  certain sens de l'humour. Sourire lorsque au début de l'exposition je m'arrête sur une petite photographie d'un "banc de souris" pris par derrière et simplement appelé "queue de souris" ou encore le reportage photo qu'elle réalise chez elle dans son jardin, demandant à ses amis "stars" de se mettre en scène entrain de jardiner, comme Saul Steinberg qui se prête au jeu.


Lee Miller, Saul Steinberg,  Farley Farm, Susseix, Angleterre, 1952, tirage gélatino-argentique
(Lee Miller Archives, England 2008)- Connaissance des arts-Photo


Cette femme dont un drame de l'enfance aurait pu la laisser sans ressources, trouve l'énergie par ce qui l'anime et la fait vibrer: la Vie avec ses Rencontres, la passion de la Photo, les passions avec ses différents hommes Multiples vies, multiples regards, Lee Miller fascine et reste intemporellement moderne.

Je vous conseille de consulter le dossier complet du Connaissance des Arts Spécial Photo (numéro d'octobre mais encore disponible) ou d'aller directement sur leur site.
Egalement découvrir  le catalogue de l'exposition co-éditée avec les Editions Hazan, je l'ai feuilleté, il est sublime!

Exposition Lee Miller au Jeu de Paume
Site de Concorde - Paris 8e
du 14 octobre au 11 janvier 2009
Entrée : 6 euros
Tarif réduit : 3 euros

Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karin 22/11/2008 10:45

C'est décidé, j'y cours la semaine prochaine !