"Les inséparables" de Marie Nimier

Publié le par Bab's






C'est la première fois que je lis un roman de Marie Nimier. Je la découvre avec son dernier roman "Les inséparables".
Ode à l'amitié, une amitié fusionnelle, intense qui naît sur les chemins de l'école, dans les rues huppées du 8e arrondissement. Il y a une part de Marie dans ce roman, une implication toute personnelle et cela se ressent...

C'est la fin des années 60 et deux fillettes vont grandir l'une à coté de l'autre, pleine d'espoir et de rêves. Elles vont tout partager, jusqu'à l'été de leurs treize ans.

Léa à la belle crinière rousse veut découvrir la vie vite; elle; rebelle, anticonformiste, assoiffée d'extrêmes.  Les deux adolescentes s'étourdissent de drogues douces mais Léa y prendra goût, ne se fixant plus de limites. Deux vies dont les trajectoires ne seront plus les mêmes et pourtant les années passent et les filles seront toujours liées d'un lien invisible mais tenace.

On suit à travers le regard de M., la vie de Léa, sa course-poursuite pour survivre entre cures de désintox, enfant, passion irréversible pour l'héro et son amitié inconditionnelle pour M. 

Il y a des scènes magnifiques d'amitié qui ne jugent pas : l'amitié sans faille, pure et absolue lorsque M. soigne Léa en manque, pansant les plaies de ses bras troués avec abnégation...Léa est une magnifique héroïne qui se brûle les ailes mais M. est tout aussi belle dans l'ombre d'une vie bohême plus pondérée. L'une n'étant rien sans l'autre  comme deux soeurs de sang.

Le livre refermé, je me sens mal d'avoir vécu cette descente aux enfers mais troublée par l'intensité de cette amitié féminine inébranlable. J'ai envie de revoir "La vie rêvée des anges", je pense à l'interprétation d'Elodie Bouchez et Natacha Régnier qui m'avaient l'une et l'autre totalement subjuguée dans des rôles aussi intenses et forts... 
 

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mustango 19/12/2008 08:34

Merci Bab's pour le commentaire que vous avez laissé sur mon blog. Effectivement j'ai oublié d'évoquer dans mon petit article le lien entre la narratrice et l'auteur, on sent bien qu'il y a du vécu dans ce qu'elle raconte. De plus dans une émission de TV (la grande librairie je crois) Marie Nimier finit par s'emmeler les pinceaux entre "sa" narratrice et elle même...

cathulu 16/12/2008 07:46

Une amitié féminine qui défie le temps ne peut que m'intéresser et si en plus Marie Nimier ne fait pas l'impasse sur le côté noir, je surligne !

Florinette 09/12/2008 21:51

Ma bibliothécaire m'a conseillé de lire cette auteure et je vois que tu confirmes son enthousiasme, il ne me reste plus qu'à prendre note de ce livre alors ! ;-)

Bab's 15/12/2008 23:09


oui oui et oui! j'espère qu'elle te plaira autant que moi! Du coup je vais me plonger prochainement dans "La reine du silence"!-)