Marais, Galeries et Coups de Zinc

Publié le par Bab's

Paris, Paris quand tu me tiens! Lorsque le soleil est au rendez-vous, impensable de passer à coté d'une promenade dans les rues de notre belle capitale. Rendez-vous était pris avec des amis au départ de leur rue, la rue des boulets, pour s'enfoncer dans le 11e et arriver progressivement dans le Marais, ponctuer notre promenade par quelques pauses artistiques dans les galeries.

Petit éclairage sur certaines d'entre elles...

A la galerie Nordine Zidoun, rue de Turenne, coup de zinc pour Cédric Smith et son travail "Americana says me!" dont c'était le dernier jour d'exposition. Ravie de découvrir cet artiste qui n'hésite pas à jouer avec les codes en détournant des publicités américaines des années 50 par le biais de photo-montage. En remplaçant les visages des personnages blancs par des visages de personnages noirs, il dénonce à sa manière, les discriminations raciales des Etats-Unis des années 50 dont l'apparente vitalité et fraîcheur de certaines pubs ne font que mieux voiler la ségrégation raciale et sociale que subissait le pays à cette époque.
Très loin de l'american way of life...


Copyright. Cédric Smith. Galerie Nordine Zidoun

                                Copyright. Cédric Smith. Galerie Nordine Zidoun
 
Puis, petit tour à la galerie Frank Elbaz, rue Saint-Claude, où je découvre Wallace Berman par ces collages en noir et blanc, ces fameux "Verifax collages". C'est transgressif et troublant: une photo du pape en noir et blanc accolée en-dessous à une femme nue qui est elle-même suivie d'une photo de serpent...Vous me suivez ? Dénonciation de la tentation,  interrogation sur la religion, dénonciation d'une certaine forme de violence? Une première approche de l'artiste qui m'a intrigué, je veux en savoir plus sur cet homme qui fut un des dignes représentants de la "Beat Generation"; mouvement plus connu par ces écrivains comme Jack Kerouac.

Enfin, mon "coup de Zinc" du week end pour finir : François Rousseau à la galerie Pierre-Alain Challier...Je l'ai découvert il y a quelques jours à la Maison Europénne de la photo et j'avoue avoir survolé l'expo sans la comprendre. Je redécouvre le travail de l'artiste cette fois-ci d'une façon plus intimiste, feutrée, dans une atmosphère soignée et volontairement très tamisée qui contraste volontairement avec la mise en scène proposée à la MEP : très scénique, plus agressive, rythmée par une musique de chambre originale (partie intégrante du projet, composée par Mikael Karlsson). 
 
 
Pour réaliser son projet, François Rousseau s'est inspiré d'un livre qui l'a marqué: L'atelier du peintre de Patrick Grainville. L'histoire passionnée et tragique d'un peintre européen ayant quitté son pays, pour s'installer dans un atelier à Venice Beach à LA. Un atelier particulier puisque ses élèves sont des anciens délinquants des quartiers défavorisés de la ville.

Fasciné par les rapports du peintre avec ses modèles, il décide de "réécrire" le roman dans une mise en scène photographique où Los Angeles apparaît comme une cité des anges magnifiquement déchue. Pour établir une relation différente avec ses modèles et obtenir une implication différente, il les choisit tous artistes, sculpteurs, peintres, musiciens.
On approche d'une certaine perfection esthétique, les photos de ces hommes blacks ou blancs apparaissant comme des icônes transgressives. Le Nu dans tous ses états et dans toute sa force, pourrait-on dire? Probablement, la nudité étant au coeur du livre comme au coeur de la démarche de François Rousseau qui le sublime notamment en optant par un grand format pour chaque "tableau". La beauté révélée par les photos frôle avec le surnaturel et semble répondre de façon volontairement provocante à la violence de certaines scènes : la beauté contre la barbarie...?

Une photo sublime me revient en tête, celle de ces hommes noirs adossés à une table, regards vifs, perdus, ou interrogateurs dans une quasi obscurité. Seuls leurs visages et leurs corps sont éclairés. Cette photo m'a happé par la puissance physique qu'elle dégage et par ce jeu extraordinaire de lumière, incandescente comme une flamme de bougie d'un tableau de Georges de la Tour. Elle me hante encore aujourd'hui...




 

Publié dans Sorties

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chloé 05/03/2009 14:39

Alors, c'est décidé, je suis prête à redécouvrir le Marais! Tu seras mon petit guide! Il paraît d'ailleurs que le Corbusier avait prévu d'y faire construire de grandes tours, heureusement le ministre de la Culture (Malraux) avait réussi à protéger le quartier! Vive le Marais et ses charmants hôtels particuliers et vive Malraux!!

Bulles 05/03/2009 12:07

bab's réjouis toi, je t'ai taggé dans une super chaîne de blogs... Faut que tu viennes voir de quoi il s'agit sur Bulles d'infos aujourd'hui.
T'es contente pas vrai ?

liliba 03/03/2009 20:22

ça donne bien envie de larguer mari et enfants et d'aller faire un petit tour à Paris...

Bab's 05/03/2009 11:01


le temps d'un week end, c'est réalisable!-)