Viviane Sassen et Jehad Nga à Paris Photo- édition 2010

Publié le par Bab's

 

Comme chaque année, je n'ai pas résisté au rituel de me rendre à Paris Photo pour cette nouvelle édition.  

Un peu rapidement à mon goût (pause déjeuner oblige) mais suffisamment pour que mon oeil soit attiré voir scotché à certaines photographies. 

 

 Peut-être est-ce du aussi en partie pour mon intérêt croissant pour l'Afrique; mais mon regard s'est tourné, aimanté vers des photographies et des photographes liées au continent. Un prémice à l'édition 2011 qui mettra à l'honneur la richesse de la photographie africaine de Bamako à Cape Town.

 

En attendant, voici deux photographes que j'ai beaucoup aimé. Dans des styles et propos différents; l'esthétique de leurs compositions et leurs jeux de lumières m'ont particulièrement touché : 

 

Je découvre Viviane Sassen dans une galerie que j'aime beaucoup, chez Michael Stevenson à Cape Town / Afrique du Sud. C'est dans cette galerie que j'avais notamment découvert Pieter Hugo quelques années auparavant...

 

 

viviane_sassen2.jpg

                                                                                    Copyright. Viviane Sassen.

    

 Viviane Sassen est néerlandaise et a passé son enfance en Afrique. Photographe de mode, au style très esthétique, elle revient sans cesse sur le terrain de jeu de son enfance qui l'inspire à l'infini par ses couleurs et ses lumières, omettant ou ne faisant qu'esquisser des réalités plus sombres.  J'ai aimé ce coté pictural qu'elle donne à la photo, le souci de la mise en scène, cette recherche pour magnifier par des couleurs vives, franches comme on en trouve en Afrique; les gens et la nature comme un prolongement de l'un et de l'autre. Des jeux de formes et d'alliances troublant et évocateur de mystère.

 

Autre univers, autre très belle découverte, celui du photojournaliste, Jehad Nga représenté par la M+B Gallery. Il effectue différents reportages et sujets sur le Kenya, l'Iraq, l'Ethiopie notamment pour le New York Times. 

 

 De la photo documentaire avec un regard très personnel, une puissance visuelle et évocatrice qui là encore joue sur la lumière ou plutôt l'absence de lumière. Car la plupart des séries de reportages qu'il propose se recentre sur les gens, sur l'humain pour lequel il ressert le cadrage, met en lumière les visages, les regards alors que les ombres et l'obscurité engloutissent le reste de l'espace.Je le découvre par la photographie qui le représente à la M+B Gallery dans le cadre de Paris Photo. Extraite d'une série sur une tribu au Kenya. Une révélation (pour moi bien sûr...) à suivre.


jehad-nga-turkana-copie-1.jpg

                                                           Copyright Jehad Nga.Untitled n°7620. Turkana, 2009.

Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article