Pirouette sur Augusten Burroughs

Publié le par Bab's

Comment évoquer les drames de l'enfance et comment s'en sortir? Les enfants devenus écrivains ont la plume pour tenter d'exorciser... Diana Evans dans 26a nous plongeait dans un univers onirique; Augusten Burroughs lui, est sans concessions. Il scalpe cette période de sa vie avec un humour sauvage, féroce et dramatiquement cru.



Courir avec des ciseaux, c'est son autobiographie romancée, celle d'un gamin qui grandit dans les années soixante-dix au milieu d'un père alcoolo et d'une mère psychotique, puis se voit confier à une famille "d'adoption", celle du psy de sa mère, tout aussi déjantée et marginale...Se construire seul est toujours difficile, assumer son homosexualité naissante encore plus et se confronter au monde adulte peut se révéler cruel et douloureux. Burroughs en fait l'expérience avec une désarmante candeur et un déni qui le sauvera.

Le lire m'a parfois déroutée, destabilisée,  il faut abandonner toute forme de morale et se plonger dans son univers sans hésiter pour mieux le comprendre. Avec son auto-dérision et son humour corrosif, il m'a fait rire, rire de choses légères, d'autres bien plus graves...Des pirouettes pour raconter la tragédie qui s'entremèle à la comédie...Découverte d'un clown de l'écriture qui m'a finalement beaucoup touché.

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article